GBcopie
Chamonixpanorama

Tour du Mont-Blanc

Logoescalade
La randonnée mythique des Alpes

Il y a aujourd'huit une multitude de façons de faire son Tour du Mont-Blanc.

Quelle que soit la formule choisie, le TMB s’adresse à des randonneurs expérimentés en bonne forme physique, compte tenu des dénivelés, temps de marche et enchaînement des jours de marche. Le temps de marche effective est en moyenne de 6 heures par jour, avec un dénivelé positif moyen de 700 à 900m.

La période conseillée est de fin juin à début septembre pour des cols praticables.

Les puristes diront que le TMB s’effectue avec portage du sac à dos, dans le sens contraire des aiguilles d’une montre et intégralement en 9 à 12 jours suivant les étapes et les journées de récupération qu’on s’accorde (distance d'environ 170 km avec 10 km de dénivelé positif).

Si tel était le cas, je n’aurais pas pu faire le TMB, car même si je suis une randonneuse en forme, porter un sac avec ses affaires pendant 9 jours est pour moi impossible.

Donc, vous pouvez organiser votre TMB seul et réserver vos nuits en refuges avant le départ ou choisir entre les différentes formules proposées par les organismes de randonnées.

Les programmes varient en fonction :

• De la durée de 6 à 10 jours (il existe aussi des demi-tours Nord ou Sud en 5 jours)

• Du type d’hébergement (refuges gardés, gîtes ou hôtels avec plus de confort).

• Avec ou sans transferts pour écourter certaines étapes moins intéressantes et favoriser l’accès aux sites les plus remarquables

• Avec ou sans portage des affaires

La plupart des Tours proposés s’effectuent dans le sens contraire des aiguilles d’une montre (France, Italie, Suisse, France).

Avec le transport de vos affaires du séjour par véhicule d’une étape à l’autre, vous ne portez qu’un sac-journée léger, ce qui change la vie (en particulier pour les personnes qui ont des problèmes de dos).

Je vous livre mon Tour du Mont Blanc dit « Confort » effectué en 6 jours dans le sens des aiguilles d’une montre (probablement plus facile que le sens antihoraire) et avec portage.

Jour 1 : Chamonix à Argentière par le Lac Blanc et les lacs de Chézerys

Une demi-journée de randonnée pour ce 1er jour. On emprunte le téléphérique de la Flégère aux Praz-de-Chamonix, puis l’itinéraire « autoroute » en direction du Lac Blanc (2352m). Le Lac Blanc ou la randonnée incontournable de Chamonix (et le monde qui va avec). Des panoramas de cartes postales sur la chaîne du Mont-Blanc dans sa quasi-totalité : le Mont-Blanc, l’Aiguille du Midi, la Mer de Glace, les Drus, les glaciers du Tour et d’Argentière. Bouquetins assurés en chemin.

Du Lac Blanc, une longue descente de 900m de dénivelé en passant par les lacs de Chézerys puis à travers la forêt jusqu’à Argentière, qui fera souffrir les cuisses des moins entraînés le lendemain !

Vous pouvez consulter les randonnées 2 et 2bis pour plus d'informations sur le Lac Blanc ou les lacs des Chéserys (même si l’itinéraire est différent).

Jour 2 : Trient à Champex par Bovine

Un court transfert depuis Argentière permet de rejoindre le village de Trient en Suisse.

Le deuxième jour est rafraîchissant et champêtre entre forêts de mélèzes et alpages.

Des alpages de Bovine, la vue est panoramique sur Martigny, le Valais suisse et la vallée du Rhône.

L’étape du soir est une calme station estivale dans le site ravissant du lac alpin de Champex.

Une longue journée exigeante quand même avec 750m de dénivelé positif et 850m en descente.

Vous pouvez consulter la randonnée 25bis, Jour 2, qui décrit l’itinéraire emprunté dans le sens inverse, de Champex au col de Forclaz.

Jour 3 : Champex à La Fouly

Une journée tranquille de récupération avec seulement 3 heures de marche et un dénivelé faible de 450m par des sentiers peu fréquentés à travers les vallons et cascades.

La Fouly est un joli village de chalets suisses. La France, l’Italie et la Suisse se rejoignent au sommet du Mont Dolent qui domine le village.

Jour 4 : La Fouly à Arnuva par le Col Ferret

L’itinéraire emprunte soit le tour classique par le grand Col Ferret (2537m), soit une variante moins fréquentée par le petit Col Ferret (2490m), cols qui marquent la frontière entre la Suisse et l’Italie. Vues superbes sur le Val Ferret suisse et italien.

La montée à travers les alpages et les troupeaux de moutons conduit à un col qui donne accès à la combe des Fonds. Vue sur le glacier du Dolent. La montée se poursuit en longeant le torrent qui parcourt la combe, jusqu’à un névé qui annonce le Petit col Ferret.

Le sentier redescend ensuite jusqu’à Arnuva dans le Val Ferret italien en passant par le refuge Elena (2062m) et ses alpages.

Encore un beau dénivelé, 950m en positif et 900m en descente pour cette journée placée sous le regard des glaciers puis des Jorasses.

Depuis Arnuva, on emprunte une navette pour rejoindre Courmayeur.

On arrive assez tôt pour profiter du « village » renommé et touristique de Courmayeur et déguster entre autre une excellente glace italienne.

Jour 5 : Cantines de la Visaille aux Chapieux par le col de la Seigne et la ville des Glaciers

Un court transfert depuis Courmayeur permet de rejoindre Cantine de la Visaille dans le Val Vény italien, au pied du glacier du Miage.

Après avoir franchi le pont de l’Arp Vieille, on traverse le pré marécageux du plateau de Combal, puis on s’élève par de grands lacets jusqu’au refuge Elisabetta-Soldini (2195m).

Montée au col de la Seigne (2516m) qui marque le retour en France, avec des vues superbes sur le versant italien du Mont-Blanc.

Puis longue descente vers la vallée reculée des Chapieux (1549m) en passant par Ville des Glaciers. Une journée avec 950m de dénivelé positif et 900m en descente.

Jour 6 : Les Chapieux à Notre dame de la Gorge par le col du Bonhomme

Encore un beau dénivelé pour cette dernière journée, 900m en positif jusqu’au refuge du Col de la Croix du Bonhomme (2433m) avec vues sur le Beaufortain et la Tarentaise.

Longue descente de 1200m vers Notre-Dame de la Gorge et sa chapelle baroque dans la vallée des Contamines-Montjoie.

Un transfert depuis Notre dame de la Gorge vous ramène à la gare de Saint Gervais le Fayet.

© Reproduction interdite